Contact de médias

Marcel Sennhauser
Responsable communication - Directeur adjoint
Tél. + 41 44 368 17 44
marcel.sennhauser@scienceindustries.ch

Sabrina Ketterer
Communication
Tél. +41 44 368 17 43
sabrina.ketterer@scienceindustries.ch

 

Liste complète sur le site allemand.


Erstellt am 22.08.2018

Initiative populaire « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » - Explosion des prix et essor du tourisme d'achat en perspective

Le Conseil fédéral recommande le rejet de l'initiative "pour une Suisse libre de pesticides de synthèse", en renonçant à lui opposer un contre-projet direct. L'agro-industrie salue cette décision, puisque ce texte serait préjudiciable à la fois aux agriculteurs et aux consommateurs.

L'initiative populaire "pour une Suisse libre de pesticides de synthèse" veut interdire l'utilisation de produits phytosanitaires de synthèse dans la production agricole, la transformation des produits agricoles et l'entretien du territoire. Mais elle ne s'arrête pas là: elle proscrit également l'importation commerciale de denrées alimentaires contenant des pesticides de synthèse ou ayant été traitées à l'aide de ces fabrications. L'initiative est extrême, arbitraire et va bien au-delà du but visé, pour les raisons que voici:

  • Interdire les produits phytosanitaires de synthèse est une mesure radicale. Une fois mise en œuvre, les cultures suisses ne pourront plus être suffisamment protégées contre les maladies et les ravageurs.
  • Interdire les produits phytopharmaceutiques de synthèse n'a aucun sens. Le fait qu'un produit de protection des cultures ait été obtenu par synthèse ou non ne dit rien sur sa toxicité. Des produits de lutte naturels peuvent aussi être très toxiques et causer des dommages. L'essentiel est de veiller à un examen attentif par les autorités et à une application professionnelle des produits.
  • L'agriculture biologique serait également touchée par l'interdiction, étant donné que certaines substances actives autorisées pour les cultures "bio" sont également synthétiques. De plus, on trouve des additifs synthétiques dans de nombreux produits phytopharmaceutiques "bio".
  • Les prix des produits suisses augmenteraient massivement. Sans une protection moderne des cultures, l'offre de produits régionaux diminuerait fortement tandis que, selon l'initiative, les frontières seraient presque totalement fermées aux importations alimentaires. Résultat: contrastant avec une forte baisse des importations commerciales, le tourisme d'achat, lui, connaîtrait un bel essor.

Pourquoi les produits phytosanitaires de synthèse seraient-ils plus dangereux ?

Ils ne le sont pas. L'initiative repose sur une distinction aberrante entre produits synthétiques et produits non synthétiques. Elle veut faire la distinction entre le Bien et le Mal. Or, ce n'est pas si simple. Les aflatoxines, par exemple, sont parmi les carcinogènes les plus puissants que l'on connaisse et il s'agit de poisons fongiques très répandus dans la nature. Mère nature produit également, sans aucune intervention humaine, la plus toxique de toutes les substances, la toxine botulique. Les produits phytosanitaires biologiques sont loin d'être toujours inoffensifs en soi. Par exemple, une grande partie des préparations à base de cuivre, fréquemment utilisées en agriculture biologique pour protéger les fruits, le vin et les pommes de terre, sont classées comme nocives pour la santé et l'environnement. Par ailleurs, plus d'un tiers des produits phytosanitaires vendus sur le marché suisse sont autorisés pour l'agriculture biologique. Et la tendance est à la hausse.

Protection phytosanitaire moderne : indispensable et sûre !

Les agriculteurs suisses travaillent selon le principe de la lutte intégrée, qui autorise le recours à la lutte chimique uniquement lorsque les mesures préventives ne suffisent pas à assurer une protection adéquate des cultures contre les organismes nuisibles. Lorsque l'utilisation de pesticides est nécessaire, des mesures sont prises pour en limiter les risques. L'objectif est toujours de réduire au maximum les effets secondaires pour l'homme et l'environnement.

Communiqué à télécharger (PDF): français / allemand

Renseignements :
Marcel Sennhauser, responsable Communication
marcel.sennhauser@scienceindustries.ch, tél. +41 44 368 17 44

Anna Bozzi, responsable du dossier
anna.bozzi@scienceindustries.ch, tél. +41 44 368 17 64