Le portrait de l'Industrie chimique et pharmaceutique en Suisse présenté en graphiques vous trouverez ici sous la forme d'une présentation PowerPoint.

La version texte en suivante:

Avant-propos: la capacité d'innover est la clé du succès

Pour l'industrie chimique et pharmaceutique

L'industrie chimique est présente en Suisse depuis plus de 150 ans. L'exiguïté du marché domestique et le manque de matières premières qui caractérisent notre pays ont très vite obligé la chimie à centrer l'essentiel de ses activités sur la fabrication et la vente de spécialités à forte valeur ajoutée, distribuées aux quatre coins du monde. Malgré les changements intervenus au fil du temps, cette  orientation demeure la clé du succès de l'industrie chimique et pharmaceutique suisse, qui met aujourd'hui l'accent sur la fabrication et la commercialisation des produits dits "life science" et d'autres spécialités de haute qualité.

Le succès économique n'est jamais acquis pour l'éternité. L'industrie a toujours dû s'adapter et relever les défis de son temps. La branche chimique et pharmaceutique connaît en ce moment, avec l'économie mondiale, une phase de profonds bouleversements. L'ouverture étonnamment rapide de nombreux marchés d'Europe de l'Est et d'Asie du sud-est, ainsi que la révolution technologique permanente à laquelle nous assistons dans les domaines de la biotechnologie et du génie génétique, de l informatique et des télécommunications, créent un nouvel environnement économique mondial.

Les entreprises suisses doivent aussi s'adapter à ces nouvelles données. Dans le monde entier, les responsables réexaminent les atouts concurrentiels des centres de production existants. Les redéploiements d'activités et regroupements d'entreprises sont inévitables si
l'on veut rester durablement performant face à une concurrence internationale de plus en plus rude. La force de l'industrie chimique et pharmaceutique suisse a toujours résidé dans sa capacité à innover et à s'adapter rapidement aux changements extérieurs ou intérieurs.

Une stratégie d'entreprise purement défensive, qui ne viserait que le surcroît de rendement, la rationalisation et la baisse des coûts, ne tarderait pas à montrer ses limites. Dans notre branche, toute stratégie de réduction des coûts doit être compensée ou prolongée par un effort d'innovation substantiel, afin que soit concrétisé notre double objectif : "baisse des coûts et renforcement de la capacité novatrice". Car pour nous, l'inventivité demeure la condition sine qua non des succès économiques de demain. L'innovation n'est pas seulement indispensable pour les produits et les processus de fabrication; elle l'est aussi dans les circuits administratifs et les structures organisationnelles. Aujourd'hui les idées doivent se traduire plus efficacement, plus rapidement et à meilleur compte en produits et prestations commercialisables. Par voie de conséquence, les innovations sont de moins en moins exclusivement liées au niveau scientifique de chaque chercheur de pointe, mais dépendent toujours plus des efforts et des qualifications de l'ensemble du personnel.

Un autre aspect important de la gestion d'entreprise dans l'industrie chimique et pharmaceutique d'aujourd hui est l émergence d'entreprises extrêmement compétitives, centrées sur leurs domaines de compétence et contrôlant tous les éléments de la chaîne de la valeur ajoutée, des matières premières jusqu'aux produits finis, sans toutefois les posséder. On voit ainsi la coordination et la collaboration entre de nombreuses entreprises indépendantes les unes des autres donner naissance à de grandes sociétés virtuelles. Chaque maillon de cette chaîne de valeur ajoutée, chaque élément de ce réseau d'entreprises interconnectées se contente
d'exploiter et de mettre en valeur ses atouts spécifiques. La répartition du travail se perfectionne en fonction des avantages comparatifs propres à chacune des entreprises. Tandis que les entreprises chimiques et pharmaceutiques hautement spécialisées se cantonnent aux activités novatrices et de coordination tout en réduisant leur personnel, elles font croître et se multiplier à leur périphérie, grâce à l'outsourcing, les partenaires commerciaux, fournisseurs, négociants, laboratoires, etc. Des créneaux s'ouvrent ainsi à toute une série de PME, qui trouvent là l'occasion de se faire une place, en Suisse et à l étranger, comme fournisseurs ou prestataires de services spécialisés.


• Pour la Suisse

Mais la transformation de l'environnement économique mondial constitue aussi un grand défi pour les Etats. Dans un monde où tous les facteurs de production sont devenus mobiles à l'exception du travail, la Suisse se doit d'aménager d'excellentes conditions d'activité à son économie si elle se soucie de la prospérité présente et future de ses citoyens. Par conséquent, les Etats doivent également se laisser guider par la double stratégie "baisse des coûts et renforcement de la capacité novatrice". Voilà pourquoi scienceindustries salue expressément les efforts visant à revitaliser l économie suisse. Elle en attend une stimulation de la concurrence et une influence favorable sur les coûts et les prix, qui ont atteint dans notre pays des niveaux excessifs en comparaison internationale.

Dans le même temps, l'Etat doit contribuer en Suisse à renforcer la capacité d'innovation des entreprises en leur aménageant des conditions cadres favorables. Pour cela, il doit tout faire pour ne pas retarder ou empêcher les percées scientifiques et technologiques  et leurs retombées industrielles sur le territoire helvétique. Au contraire, il doit contribuer à créer un climat d'ouverture propice à la nouveauté. La biotechnologie joue un rôle déterminant pour l'avenir de notre industrie. C'est une technologie-clé ultramoderne qui se révèle indispensable dans tous les secteurs scientifiques de l'industrie chimique, du stade de la recherche à celui de la production. Pour ses applications en Suisse, l'industrie a besoin d'un cadre juridique fiable et prévisible. Le monde scientifique et l'industrie doivent redoubler d'efforts pour convaincre la population de l'utilité du génie génétique dans la vie quotidienne.Seule une information libre
et ouverte viendra à bout de la méfiance; seule une information honnête assurera l'acceptabilité de cette technologie.

Enfin, la Suisse moderne doit aussi établir ses rapports institutionnels avec l'économie mondiale (plus précisément avec ses principaux partenaires commerciaux) sur des bases qui tiennent compte des nouveaux défis économiques. Il faut donc qu'elle s'engage à  approfondir et renforcer le système commercial multilatéral dans le cadre de l'OMC et qu'elle parvienne également, et surtout, à instaurer avec l'Union européenne des relations adaptées à notre temps.